Quand les "méchants" viennent d'Afrique.

Mais d’où sont originaires les méchants des jeux vidéos ? C’est la question posée par le site américain spécialisé Complex, qui a créé une carte du monde pour les répertorier. Le continent africain est l’un des fournisseurs de ces ennemis virtuels.

Les développeurs de ces jeux, essentiellement anglo-saxons, sont à la recherche de méchants plausibles. Ils s’inspirent des relations internationales pour concevoir leurs systèmes. Pas étonnant que dans les 20 jeux de guerre sélectionnés, parus ces dix dernières années, les méchants ne sont jamais américains, français, anglais ou italiens. Une conception très manichéenne veut que l’ennemi vienne forcément d’ailleurs : mafias de l’ex-bloc soviétique, guérillas d’Amérique latine ou mercenaires africains.

Les traces de la guerre froide sont encore bien ancrées dans l’imaginaire collectif : une grande partie des méchants proviennent de l’ex-bloc communiste (Russie, Chine et Cuba). Mais les conflits plus récents inspirent également les concepteurs de jeux, comme ceux dans les pays en développement d’Afrique (SomalieTchadÉthiopie) et d’Amérique latine (Mexique, Brésil, Colombie). Et ces dernières années, les jeux de guerre sur l’Irak et l’Afghanistan se sont aussi fortement développés.

Les États-Unis face au reste du monde

Parmi les 20 jeux sélectionnés, quatre s’inspirent directement de conflits africains. Dans « Tom Clancy’s ghost recon : desert siege », sorti en 2002, une coalition internationale s’oppose au colonel éthiopien Tesfaye Wolde. Ce dernier envahit l’Erythrée et menace les transports maritimes dans la mer rouge.

En 2003, dans « Delta force : Black Hawk Down », le joueur est un soldat de l’armée américaine, participant à l’opération Restore Hope, une intervention qui a eu lieu en 1992-1993, sous l’égide de l’ONU, pour mettre fin à la famine et à la guerre civile en Somalie.

Dans « Delta force Xtrem », sorti l’année suivante, le but du jeu est d’éliminer des terroristes au Tchad. En 2008 enfin, « Army of two » met en scène deux rangers américains, contactés par une société militaire privée, pour assassiner en Somalie le seigneur de guerre Abdullahi Mo’Alim. De quoi satisfaire les Américains ou les Européens passionnés de jeux vidéo… mais pas forcément les autres.

 

Par Pauline Pellissier

More Articles for You

Instagram lance la monétisation des vidéos IGTV

Instagram a récemment annoncé ce qu’elle a appelé le « prochain stage de la monétisation sur IGTV ». Désormais, les influenceurs de …

Airbus séduit par la technologie du Nigérian Osh Agabi

Le géant français du secteur aéronautique va équiper, d’ici peu, ses avions d’un appareil technologique révolutionnaire : le « Koniku kore ». …

Les 3 pays africains les plus vulnérables aux cyberattaques sur mobile sont connus

Kaspersky Lab, multinationale russe opérant dans le domaine de la cybersécurité et célèbre pour son antivirus éponyme, a dévoilé son …

L’Agence de régulation des télécommunications du Cameroun va se doter d’un nouveau cadre juridique

L’Agence de régulation des télécommunications (ART) du Cameroun a organisé un atelier de discussions du 25 au 26 mai, dans …

La Banque mondiale lance la première édition du prix Wuri Afrique de l’ouest

Doté d’une cagnotte de 150 000 dollars, le prix Wuri Afrique de l’Ouest est une compétition dont le but est …

93 % de la population rwandaise a accès aux services financiers

A l’instar de nombreux autres pays africains, le Rwanda enregistre un taux de bancarisation très faible. Plus de la moitié …